Lelex

AG Haute Valserine 2019

Photo: D.DESFARGES-Le personnel de la FDAAPPMA en action sur la Haute-Valserine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’AG de l’AAPPMA Haute Valserine s’est tenue vendredi 22 Février à Chézery. Le local de l’association était bien rempli par les adhérents venus en nombre !!

Les comptes ainsi que les ventes de cartes ont été présentés par le Président et le Trésorier. Une très légère baisse a été enregistrée  pour les cartes majeures, en revanche, l’effectif de jeunes pêcheurs reste stable (contrairement à l’AAPPMA  HS-BV), des chiffres encourageants pour l’avenir de notre loisir sur la Haute Valserine !!

Les différents projets en cours ou à venir ont été présentés par le Président : réhabilitation d’une frayère en rive droite sur le secteur du Rocher des Hirondelles et sur un terrain appartenant désormais à l'AAPPMA : augmenter la hauteur de la lame d’eau, diversifier et renforcer les habitats pour les juvéniles. Léa Frattacci, Technicienne à la Fédération de pêche et protection des Milieux Aquatiques a détaillé les actions menées par la FDAAPPMA sur le secteur de la Haute Valserine:

-Campagne de prélèvements génétiques (tissus) et scalimétriques (écailles pour déterminer l’âge des truites) afin d’adapter à terme la règlementation selon divers paramètres : taille minimale de capture correspondant à  la première reproduction,  nécessité de préserver des secteurs ou sont présents des souches endémiques (volet génétique) une vingtaine de stations ont été prospectées sur l’ensemble du Bassin Versant :Semine, Valserine et tributaires : Forens, Volferine etc…les résultats seront connus entre 2020 et 2021, l’étude concerne tous les Bassins versants salmonicoles (truites et Ombres) du département .Tous les  poissons échantillonnés sont remis à l’eau vivants.

-Des pêches d’inventaire ont été menées sur la future zone en no-kill (Commune de Lélex, inscrit à l' ARP 2019) afin d’établir un « état initial ».Le but est d’avoir des données scientifiques pour étayer l’utilité ou non d’un secteur ou le prélèvement est interdit, et observer son influence sur les populations de salmonidés. Deux stations dans la zone « de graciation »  ainsi qu’une station témoin hors no-kill ont été pêchées à l’électricité à l’automne 2018.Les résultats laissent apparaître une biomasse importante (mono espèce : seule la truite est présente) et une bonne répartition par classes d’âge. La zone témoin (Niaizet) a subi une très grave pollution au fioul en Janvier 2009, les truites ont visiblement  bien recolonisé le secteur.

La suite promet d’être extrêmement intéressante…

Les questions diverses ont permis de faire remonter la problématique  du relargage de sédiments par l’exploitant du barrage de sous-Roche en pleine période sensible (Décembre).Les fosses à l’aval du barrage sont effectivement régulièrement comblées depuis que l’extraction à l’amont est interdite. Une étude du transit sédimentaire lancée en 2017 dans le cadre du contrat de Rivières Sauvages permettra sans doute d’y voir plus clair et d’adapter une gestion sédimentaire qui,  à défaut d’être idéale, sera en tous cas  la « moins pire »…n’oublions jamais qu’un barrage pose  et posera toujours de nombreux problèmes à nos cours d’eau, n’en déplaise aux Amis des Moulins !!

Enfin, le trophée de la plus belle truite du ‘concours Jeunes’  a été remis à Félix Monnet : une belle fario de  39cm pour 500 gr, bravo à lui.Un verre de l’amitié accompagné d’un buffet de fromages locaux et charcuteries d’anthologie (artisan charcutier de Léléx, une valeur sûre !!) ont cloturé cette AG 2019.

 

Animation du 5 mai à Léléx autour de la Valserine, Rivière Sauvage

Une petite fario vigoureuse prend la pose devant un jeune public avant de repartir dans son élément!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une trentaine d' élèves de CM2 de Villereversure (01) dans la Vallée du Suran, en classe verte à Lélex a pu profiter du seul jour de beau de la semaine ce vendredi 05/05 pour découvrir la rivière et ses habitants.

Par petits groupes, ils ont pu arpenter les berges et découvrir différents aspects des ces milieux aquatiques fragiles, à la  biodiversité unique.L'hydromorphologie et le cours de la rivière ont été présentés par Mélanie Taquet, animatrice du Réseau Rivières Sauvages, ce qui a donné l'occasion entre autre de présenter et comprendre l'utilité des  12 saules fraichement plantés par le PNR en collaboration avec le Groupement  Valsemine pour consolider une berge menacée d'érosion.

La vie aquatique et ses mystères ont été dévoilés  par Romain Serive de l'Agence Française pour la Biodiversité (ex-ONEMA).Les élèves ont pu admirer grenouilles Rousses, têtards, invertébrés aquatiques (porte bois, crevettes d'eau douces, plécoptères etc...) récoltés dans le lit de la Valserine et ses annexes.

Enfin, les écoliers studieux ont pu s'essayer à 3 techniques de pêches différentes pour tenter de leurrer les belles truites sauvages du plateau: pêche à la mouche, aux leurres  et au toc aux appâts naturels, avec l'aide des 4 bénévoles du Groupement Valsemine. Si ce fut une découverte pour la majorité, quelques élèves sont déjà de vrais pêcheurs chevronnés!

Quelques mouchetées ont bien daigné se laisser admirer, pour être ensuite relâchées avec précaution dans leur élément.

 

Un grand merci aux élèves, aux accompagnateurs ainsi qu'à Mélanie, Romain, et aux bénévoles du Groupement Valsemine Michel, Fabrice et Pierre!!